Les dangers insoupçonnés des jeux et jouets

Je ne détaillerai pas dans cet article le sujet des jeux de lancer qui ont déjà été traités à de nombreuses reprises par les professionnels du monde canin (si vous souhaitez plus de précisions, je vous renvoie à cette plaquette qui résume les risques liés à ce type de jeu : https://www.deschiensdeschatsdeshumains.fr/accueil/liens-et-brochures/ → 1ère brochure)

Je parlerai ici des autres jeux, ce dont on ne parle pas… pas dans ce sens en tout cas.

Jouets pour chien

Les jeux de mordant (avec cordes à nœuds) et les objets à mâchouiller en tout genre (peluches, jouets sonores, jouets en caoutchouc, etc) ne sont pas non plus sans conséquences.

Le point commun de tous ces jeux : encourager et renforcer l’excitation chez le chien.

Pourquoi est-ce si mauvais ? Si nous observons les chiots, dès leur plus jeune âge ils se font un plaisir de jouer entre frères et sœurs et même avec les chiens adultes. Par contre, durant ces jeux, ils apprennent à contrôler leurs mâchoires et également leur excitation. Ces jeux ont des règles qui contribuent à faire du chiot un futur chien adulte maître de ses émotions et qui sait s’adapter aux congénères en face de lui.

Jeu entre chiens
Jeu chiots

L’autocontrôle de la morsure

Comme je l’ai évoqué, lors des jeux entre congénères le chiot apprend à maîtriser sa mâchoire car lorsqu’il mord trop fort, l’autre lui fait comprendre d’y aller plus doucement. Ainsi, s’il veut avoir des compagnons de jeux, il aura tout intérêt à ne pas serrer trop fort et à se contrôler. Jouer ne veut pas dire faire n’importe quoi. Or, nous humains, nous retirons tous ces apprentissages en lui offrant des jouets mous agréables à mordiller. Il n’a plus besoin de contrôler sa mâchoire, au contraire il peut enfin y aller à cœur joie ! Plus personne ne lui dira d’y aller doucement et souvent cela se termine même par la destruction du jouet en question… Ces jouets apprennent alors au chiot à mâchouiller encore et encore en entraînant chez lui une grande excitation.

destruction chien

Certains chiens deviennent alors « addicts » de cette activité et se font malheureusement réprimander lorsqu’ils osent mordiller nos mains ou détruire nos chaussures qui traînent dans l’entrée et autres objets qui nous appartiennent. Mais comment pourraient-ils savoir ce qu’ils ont le droit de toucher ou non ? Comment pourraient-ils comprendre qu’il ne faut pas mordiller nos mains, ces-la mêmes que nous utilisons pour jouer avec lui et qui s’agitent sous son nez comme une peluche que l’on secoue ?

La relation commence alors sur les chapeaux de roues : d’un côté on l’incite à mâchouiller et à détruire les objets et d’un autre côté il n’a pas intérêt à se tromper et s’attaquer à nous, aux meubles ou aux objets qui ne lui appartiennent pas. Et comment va-t-il apprendre cette incohérence ? Par la réprimande.

Incohérences et conflits se mettent en place.

Qu’en est-il des jouets de type Kong me direz-vous ? Oui, ceux-ci sont beaucoup plus durs mais attention ne nous méprenons pas, ils ont les mêmes effets pervers. Ils sont dits « indestructibles » mais les fabricants ont bien compris que pour être attractifs ils doivent avoir une couche plus tendre en surface. Il n’y a qu’à comparer entre un Kong et un bois de cerf, vers quoi le chien va se tourner ? Vers le Kong la plupart du temps. Effectivement, la couche tendre qui recouvre ce type de jouet permet au chien d’avoir une agréable sensation lorsqu’il le mâchouille et cela l’encourage à continuer. Ce sont en réalité des jouets comme les autres qui peuvent entraîner une dépendance au mordillement et qui renforcent l’excitation.

Les jeux de mordant (corde à nœuds)

Tout d’abord, la corde à nœuds peut se révéler très dangereuse pour la santé. En dehors des parties de jeux avec son humain, le chien l’utilise seule en la dépiautant, mâchouillant et en ingérant souvent quelques fibres au passage. Il n’est pas rare alors de retrouver des fils de cordes dans les selles. Cette ingestion peut endommager le système digestif provoquant des dégâts allant de la simple inflammation à la mort de l’animal dans les cas les plus graves.

Pour corroborer mes propos, je souhaiterai vous relater l’histoire tragique arrivée à la cliente d’une consœur : 3 semaines après l’ingestion de bouts de corde à nœuds, son chien a présenté divers symptômes indiquant un problème de santé. Malgré les efforts des vétérinaires, il n’a pas pu être sauvé et est décédé 2 jours après l’apparition des premiers symptômes. L’autopsie a révélé qu’une partie de la corde a été retrouvée entre la jonction de l’intestin grêle et du gros intestin ce qui a entrainé des dégâts irréversibles. Personnellement, je ne préfère pas prendre de risques inutiles…

Outre les problèmes de santé que cela peut engendrer et la texture molle de ce jouet dont j’ai décrit les conséquences plus haut, les jeux de mordant avec l’humain entraînent une grande excitation chez le chien. Là encore on l’encourage à s’exciter et l’apprentissage de la maîtrise de ses émotions en pâtit.

Encourager l’excitation met en péril une bonne gestion des émotions

Hyperexcitation
Illustration de « Les Révoltés du Québec » modifiée pour les besoins de cet article

Je ne dis pas que le chien doit être exempt de toute excitation. Je dis seulement qu’il n’est pas nécessaire que nous humain, nous encouragions son excitation. Votre chien peut tout à fait courir quand il le désire durant ses balades en liberté ou jouer avec ses congénères quand l’envie lui prend.

Malheureusement, nous avons tendance à renforcer sans cesse cette excitation ce qui entraîne bien souvent des chiens hyper-excités et irréfléchis. Par la suite, cette surexcitation est cause de nombreux conflits au sein de la famille : « il me saute tout le temps dessus ! », «  il détruit le canapé quand il est seul », « dès qu’il voit un chien au loin, il tire comme un fou en laisse », « il détruit son couchage », « il ne se pose jamais, il est infatigable », etc.

Et oui, nous n’avons pas appris au chien à rester calme, à se contrôler, à être réfléchi et posé quant aux situations du quotidien.

chien fou

Les relations entre congénères aussi sont mises à mal. Combien de chiens arrivent au grand galop à la vue d’un copain sans même analyser si celui-ci est enclin à la rencontre ou s’il ne vaudrait mieux pas l’approcher ?! Dès qu’un « stimulus d’excitation » se présente, le cerveau est bloqué, la réflexion laisse place à l’excitation, le chien ne répond plus de rien.

Outre les altercations dangereuses que cela peut entraîner, le chien d’en face se trouve victime d’un assaut brutal d’une boule d’excitation. Le chien excité ne demande qu’à « jouer » sans même avoir pris le temps de se présenter et de savoir si son congénère est disposé à répondre à sa demande favorablement. Pire, certains deviennent harcelants et, malgré les refus répétés de l’autre chien, ils continuent inlassablement de l’inviter au jeu et ce, parfois de manière brutale.

Tout cela sous l’œil amusé des humains qui ne se rendent pas toujours compte des interactions qui se déroulent et qui pensent que le chien qui ne joue pas est un peu rabat-joie et devrait faire un effort. Certains vont même encourager, taper des mains et inviter les chiens à courir afin qu’ils commencent enfin à jouer car « deux chiens qui ne jouent pas ensemble ce n’est pas normal ».

Bien sûr certains me diront que leur chien a toujours joué et qu’il n’est pas excité pour autant ni ne présente de comportements gênants.

 Pour ma part, je compare les jouets à l’alcool : sur certains cela va être dévastateur et ils vont très vite devenir « alcooliques », alors que d’autres seront moins dépendants mais, même si les dégâts ne se voient pas extérieurement (sauf pour un œil aguerri je tiens à le préciser), cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas d’effets pernicieux plus subtils à observer. Cela influe forcément sur la capacité de gestion des émotions de l’animal, sur les relations avec les congénères et j’en passe… A vous de choisir les risques que vous êtes prêts à prendre mais quoi qu’il en soit, jouer avec son chien à des jeux excitants ou lui offrir des jouets n’est pas lui rendre service.

Le chien d’aujourd’hui vu par les humains

Il  y a là toute une vision du chien à repenser. Au risque d’en choquer certains je vais oser vous affirmer que : intrinsèquement les chiens adultes jouent  rarement.

Si l’on s’arrête un instant sur la question, cela semble logique. Est-ce que nous humains passons notre temps à jouer ensemble, entre adultes ? Non. Bien sûr cela fait du bien de laisser parfois son enfant intérieur s’exprimer et de faire de la balançoire en souvenir de notre jeunesse passée 😉 Mais la plupart du temps nous discutons ou faisons des activités d’adultes (se promener, boire un verre,…).

Je vous invite à observer attentivement deux chiens qui se baladent ensemble : ils communiquent bien plus qu’on ne le pense ! Nous avons souvent du mal à le percevoir car nous n’avons pas le même type de langage. Par ailleurs, certains suivent une piste ensemble, vont explorer ensemble, vont se baigner ou que sais-je encore. Nos compagnons canins ont bien d’autres occupations lorsqu’ils se côtoient que de jouer sans cesse.

Mais cela est difficile à concevoir, nous qui avons fait du chien notre éternel compagnon de jeu et parfois même un animal- jouet. J’entends trop souvent des gens me dire : un chien qui ne joue pas à quoi ça sert ?  …A chaque fois que j’entends cette phrase, cela me montre la triste vision du chien que nous avons : un chien qui n’a pour utilité que de divertir son acquéreur et non d’ETRE tout simplement.

chien jouet

Etre qui il est, être chien, avec toutes ses particularités qui en font un animal passionnant à découvrir (comme tous les êtres vivants d’ailleurs). Nous avons tellement dénaturé le chien, nous en avons fait un jouet sur pattes prêt à nous obéir au doigt et à l’œil et à en oublier sa culture canine. Mais cet animal est tellement plus que cela ! Les humains qui ne jouent pas avec leurs chiens le savent, ils apprennent à l’observer, à le connaître réellement et à découvrir le monde auquel il appartient.

Une vie sans jouet

Dans notre société où il est parfois mal vu de ne pas jouer avec son chien, cet article me semblait essentiel pour vous informer des risques souvent méconnus liés aux jeux/jouets. Et même si vous ne souhaitez pas en tenir compte, si un jour, votre chiot aussi amusant qu’il soit, devient un chien adulte excité, qui ne se pose jamais et vous fatigue à longueur de journée ; j’espère que vous vous rappellerez de ces propos qui pourront vous apporter au moins une partie de la solution.

Ce que je vous propose pour une belle vie de chien est simple :

  • La balade est la meilleure activité à offrir à son chien : seul avec vous pour renforcer la relation ou parfois en compagnie d’autres chiens pour se divertir entre copains. La balade a pour but principal d’explorer l’environnement, donc ne vous en faites pas, si vous ne lancez pas de balles/bâtons votre compagnon ne s’ennuiera pas, bien au contraire. Il aura tout le loisir d’enfin revenir à son monde, de sentir les odeurs diverses et variées, d’observer, d’être présent à l’environnement, de faire pleins d’apprentissages.
  • A la maison le calme est souhaité : le repos est essentiel dans la vie du chien. La journée il ne dort que sur une oreille et reste attentif à nos faits et gestes. S’il entend le tintement du trousseau de clé, il se lève directement pour voir qui de la famille part ou si une balade est à prévoir. Ce demi-sommeil est moins régénérateur que celui de la nuit et donc demande plus de temps. D’autant plus qu’après chaque balade (qui apporte une bonne fatigue mentale) votre loulou aura besoin de se reposer.
  • Ensuite, les séances câlins sont bien évidemment recommandées, votre chien vous le rappellera en cas d’oubli 😉
  • Et enfin l’observation. Le chien nous connait par cœur, mais cela ne se fait pas tout seul. Il passe une grande partie de la journée à nous observer pour pouvoir s’adapter, anticiper, savoir vivre avec nous dans ce monde de bipèdes.

En résumé : balades, repas, câlins, repos, observation et cela fait une journée de chien bien remplie !

J’entends déjà beaucoup d’entre vous me demander si leur petit protégé ne va pas s’ennuyer. Avec le programme ci-dessus, cela ne devrait pas arriver trop souvent et même si cela arrive ce n’est pas si grave. Nous avons tendance à diaboliser ce mot. Dans notre société qui avance à mille à l’heure, prendre son temps, contempler, être dans le moment présent est devenu une perte de temps. Et pourtant, cela nous ferait le plus grand bien de ralentir et d’apprécier l’ennui. Même pour les enfants, il a été montré que l’ennui permettait de développer leur imagination et il est vivement encouragé de leur laisser du temps pour ne rien faire. Nous qui les assommons de jouets, télévision, jeux vidéos en tout genre pour les occuper et éviter d’être dérangé. Mais l’ennui n’est pas un ennemi, au contraire (toutes proportions gardées bien évidemment).

Et quand l’addiction est déjà là ?

Les jeux et jouets que nous apportons aux chiens ne font pas partie du répertoire comportemental canin et je vois tous les jours dans mon métier, les dégâts que cela peut causer. Certains pourront panser ces dégâts avec des méthodes de conditionnement quelles qu’elles soient et continuer de jouer. Je préfère de loin travailler sur la cause au lieu de créer une blessure pour ensuite mettre un pansement dessus.

Comme toute addiction, la suppression des jeux passe par une période de sevrage qui est plus ou moins bien tolérée. Parfois les comportements excités augmentent dans un premier temps car nous avons créé une dépendance chez le chien et il est difficile pour lui de s’en libérer. Mais il faut tenir bon et il s’apaisera au fur et à mesure.

Les dégâts causés par les jeux sont rarement totalement effacés, surtout si ces dégâts ont été faits dès les premiers mois de vie du chiot, période sensible et marquante pour l’individu. Pour certains chiens, le jeu aura des répercutions à vie car trop ancré dans le cerveau : à la vue d’une balle de tennis, même 5 ans après l’arrêt des jeux, le chien pourra réagir et filer à toute vitesse pour la prendre en gueule et la détruire. Mais le reste du temps il pourra redevenir un chien calme et bien dans ses pattes. Donc ne vous découragez pas, le jeu en vaut la chandelle !

Chien équilibré

Alors, je n’ai qu’un conseil à vous donner : dès l’adoption de votre chien ne jouez pas avec lui (hors jeux calmes de cache-cache par exemple et ce, occasionnellement) et gardez votre argent pour lui acheter une nourriture de qualité au lieu de le dépenser en jouets en tout genre. Vous lui donnerez ainsi l’opportunité de devenir un chien en meilleure santé physique ET mentale !

Partager l’article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *